L'école de la vie est réaliser l'énergie libre du cœur: l'amour inconditionnel.
Elle vient visible par la fraternité universelle et sa concrétisation dans la paix.
Elle se réalise par un état de croissance continue de solidarité, en concret: par la création de relations autentiques, libres et créatives entre nous.
Cet état va au-delà de toutes les étiquettes et organisations qui peuvent nous séparer par leurs visions, aussi valables qu'elles soient.
Elle implique de valoriser tout dans la perfection de l'ensemble.
C'est un travail dynamique de synthèse.

Triangle MaRoPa (Madrid-Rome-Paris)


Plan de miséricorde 2016 pour la réalisation de la convergence de la Fraternité Universelle :

- 25-28 mars, Ille sur Têt et Força Real : ouverture du centre du triangle dans la lumière de Pâques :

Consécration le 28 Força Real comme « Montagne de la Fraternité Universelle du Monde »

- 23-24 de avril : Madrid : ouverture du triangle à la lumière de la compassion : dénomination de la plaza puerta del sol en "Puerta del sol de la Fraternidad Universal"

- 21-22 de mai : Roma : action de pardon de l’humanité: dénomination de la place Saint Pierre en "Piazza di San Pietro e di perdono della Fraternità Universale" (lune de Bouddha/Wesak)

-18-19 juin : Paris : action de réconciliation : dénomination de la Place de la Concorde en “Place de la Concorde de la Fraternité Universelle" (lune du Christ)

mardi 20 décembre 2011

Le nouvel enseignement du Christ-Bouddha Cosmique 1

 Partie 1: l'enseignement de l'aspect volonté ou pouvoir de synthèse

Le retour de l’Esprit du Christ Cosmique était annoncé comme une confirmation de l’enseignement du maître Jésus. Mais il s’agit aussi d’une mise au point très réaliste de son interprétation aux progrès scientifiques et de sa signification dans le cadre du plan divin pour ces temps-ci. L’ensemble nous appelons le nouvel enseignement.
Selon la volonté du plan divin la fin du cycle solaire actuel évoque le retour du Christ et la révélation du plan, adaptée au progrès de compréhension de l’être humain actuel. La direction du plan est déjà comprise en grandes lignes par ceux qui ont répondu à l’appel d’une nouvelle conscience spirituelle. Nous savons qu’il  inclut de reconnaître que nous sommes des êtres divins, comme Jésus l’avait maintes fois répétés. Cela implique de nous ouvrir à une réalité multidimensionnelle. Nous savons qu’il s’agit surtout d’un nouvel appel à l’amour, dépourvu de conditions qui nous limitent, ou une énergie reliée au cœur.
En effet, le nouvel enseignement peut être considéré comme l’enseignement du cœur. Ceci correspond aux besoins d’un monde où l’énergie d’amour est devenue dépendante d’une économie matérialiste qui emploie l’argent comme moyen principal pour valoriser les expressions humaines. Ceci correspond aussi au besoin de rectifier la compréhension de ses expressions quand elles sont seulement le fruit de l’intuition ou des états d’âme à sentiments exagérés, bien que positifs. Ce nouvel enseignement répond en même temps au progrès de l’activité mental de l’être humain, et sa possibilité de comprendre d’avantage le fonctionnement de sa nature complexe et l’importance de son rôle pour le discernement et l’orientation juste de sa conscience.
L’ENSEIGNEMENT DU CŒUR veut dire l’enseignement de l’essentiel. Ce qui est essentiel est ce qui fait un trait d’union avec tout. C’est l’enseignement de l’union interactive qui existe entre les différentes formes et niveaux de la manifestation, des plus denses aux plus éthériques. Cette union se reflète comme un hologramme, présent en chaque chose et chaque être. Cet hologramme se découvre seulement quand on arrive à valoriser le rôle que chaque chose et chaque être joue dans l’interactivité de l’ensemble. L’enseignement du cœur est une explication de cette interactivité en accord avec la volonté du plan divin.
LA VOLONTÉ DU PLAN DIVIN est un appel à mettre l’enseignement du cœur en pratique, faisant en conscience le trait d’union avec l’ensemble à travers nos expressions. Vol-on-té veut dire vol(er) ou mouvement (comme le bruit de l’esprit dans l’air) on, qui est uni (ou une) et  té, être dans l’infini ou le dés-ir ou le don(n)-er). C’est (faire sans faire) le désir permanent (l’amour inconditionnel dans le présent infini) du Principe Unique  de s’actualiser en s’exprimant à travers nous pour confirmer cette union. Pour être en permanence dans cette union, il faut que nous soyons conscients du fait que tous que nous fassions soit au service de l’ensemble de la création y apporte davantage d’harmonie.
Le résultat de cette union est le pouvoir ou la faculté de prévoir les conséquences possibles que contient le potentiel du présent. Cette faculté de prévoir facilite la prise de décisions plus justes et représente une force pour l’entourage. Le mot pouvoir assimile la faculté de prévoir des conséquences à l’effet de la force qu’elle procure.
La volonté du plan est un appel à la convergence de notre conscience dans l’union. Faire l’union par la synthèse est la technique approprié pour réaliser la volonté du plan divin. Tout cela est très simple, mais semble compliqué pour le mental qui divise tout et qui ne peut pas comprendre la vision de l’union à cause du fait qu’il fonctionne par division et exclut donc de sa vision des éléments indispensables pour pouvoir atteindre la vision d’union holistique qui est le propre au plan divin.
L’enseignement du cœur correspond à quatre grandes lignes ou énergies qui accompagnent le retour de l’Esprit du Christ :
1. l’énergie de la volonté ou du pouvoir de la bonté pour la transformation positive de l’ensemble. C’est l’application de la loi de synthèse. Sa couleur est bleue.
Tout élément créé est lié à l’ensemble de la création en fonctionnant comme un hologramme spécifique de l’ensemble qui cherche toujours la perfection de son expression. Cette loi est basée sur le pouvoir de la bonne volonté. Il implique le principe de la conscience absolue de la non-exclusion.
 2. l’énergie de l’amour inconditionnel ou de l’acceptation en douceur en accord avec le principe de la paix ou de la non-violence. C’est l’application de la loi de sélection par attraction et répulsion. Sa couleur est jaune.
La perfection d’expression se réalise à base de la sélection optimale qui dépend de la conscience réalisée. Cette loi est l’extériorisation ou la concrétisation du principe inconditionnel de la loi universelle de l’amour inconditionnel.  En soi  sans conditions, c’est à travers des conditions qu’elle prouve sa vérité ultime.
 3. l’énergie de l’intelligence active ou la sagesse de la science de synthèse au profit de la beauté  de l’ensemble. 
C’est l’application de la loi de l’économie. Sa couleur est rose.
Le progrès se réalise à travers l’action intelligente envers un ensemble de causes qui crée des coïncidences plus ou moins parfaites selon la sagesse appliquée. Cette loi est basée sur le principe de la bonne intention qui est à la base de l’éveil de la conscience.
 4. l’énergie d’harmonie ou le service à la perfection de l’interactivité de l’ensemble ou au  plus grand bien de tous. 
C’est l’application de la loi des relations justes. Sa couleur est blanche.
La base de toute perfection est l’harmonie ou l’accord de l’application des 4 lois comme concrétisation de la loi d'amour. Cette loi est basée sur le principe de l’harmonie de l’ensemble. Rien ne peut se manifester, ni réaliser sans harmonisation avec les éléments de l’ensemble. L’harmonisation est la base de la libération de la conscience et de la réalisation de la perfection.
Les différents aspects de l’enseignement s’inscrivent dans ce quadruple énergie en donnant tantôt plus d’importance à l’une, tantôt plus à l’autre ou encore en faisant la liaison entre elles. Nous pouvons les résumer sous 8 aspects :
 1. aspect volonté ou pouvoir, implique la responsabilité politique de chacun, basé sur le principe de l’égalité ;
 2. aspect amour ou éducation à l’interactivité sociale et le travail de synthèse;
 3. aspect intelligence en action ou la vérité concrète de la justice humaine dans une économie équitable et participative;
 4. aspect harmonie ou perfection continue de la vie;
 5. aspect scientifique ou beauté de la vie;
 6. aspect idéal de la valorisation ou de la santé générale par l’éveil de la masse critique;
 7. aspect union de la vie: la célébration de la vie ou la magie de la religion universelle;
 8. aspect conscience divine de l’âme :  la voie céleste de la félicité et la connexion avec les réalités supérieures;
Les 8 aspects de l'enseignement et les relations entre les énergies du plan divin qui dirigent l'être humain depuis l'âme (à gauche). La lumière de l'âme se reflète au centre de la tête dans le sixième chakra (alta mineur) sous le chakra coronal qui forme un bouddha ou un huit qui répète les chakras du corps comme le fait le péricarde du cœur. L'âme se reflète aussi au niveau du centre du cœur dans la division qui sépare les deux cavités supérieures un peu au-dessus des valves à la hauteur du croisement des aortes.

Nous remarquons que les aspects 1/volonté, 3/justice et 5/science forment les éléments innovateurs de l’enseignement. Ce sont les moteurs de la transformation et de la purification actuelle du monde. Les éléments 2/amour, 4/harmonie et 6/ santé idéale (physique, émotionnelle, mentale et spirituelle) forment les éléments de l’objectif  et de l’idéal de cette transformation.
L’aspect 7, l’union ; rassemble les éléments de concrétisation de l’enseignement sur le plan collectif et l’aspect 8, de la science et de la conscience de l’âme rassemble la réalisation  de l’enseignement sur le plan individuel et collectif.
Ce dernier aspect synthétise l’ensemble de l’enseignement et reflète les 4 énergies du retour de l’esprit du Christ. La concrétisation en pratique de cet enseignement se trouve concentré dans le travail de synthèse qui permet d’unir de façon interactive les différences de la manifestation dans le contexte d’un ensemble cohérent.
L’enseignement de l’aspect volonté ou pouvoir de synthèse
L’enseignement sur la volonté est l’enseignement du plan divin. C’est l’enseignement de sa réalisation par le développement du pouvoir de synthèse en chacun en manifestant l’être du soi divin. Il est symbolisé par la couleur bleue. La couleur bleue profond du ciel est le signe que le plan divin est vraiment en action et tient sa promesse.
Cet enseignement est fondé sur quatre aspects :
1. la vérité du plan : le plan divin est semé comme un hologramme en chaque manifestation. Il indique en chaque chose et en chaque être son potentiel de réalisation de son harmonie ou équilibre. Pour l’être humain il fait en première instance appel à la paix de la vérité intérieure. La vérité du plan est avant tout la réalisation de l’authenticité dans l’intérieur de l’être humain. Le monde actuel est complètement décalé avec cette vérité. Elle la manipule constamment de telle façon que nous deviennent de plus en plus insensibles pour elle. Ainsi nous sommes des esclaves d’un système occultement dirigé par une minorité qui nous exploite selon leur plan rempli d’illusions et d’idéales fausses.
     Pourtant, nous avons toujours les moyens pour nous reconnecter avec notre authenticité.
     A part les techniques de méditation, d’harmonisation et de centrage énergétique qui sont bien connues dans le monde spirituel, il faut faire un double travail qui facilite la connexion avec le centre de l’âme (alta majeur) au-dessus de la tête :
   1/1. La création de la voie céleste que nous avons déjà expliquée dans un autre message.
     La connexion de notre cœur avec notre tête et notre âme permet  de mieux entendre la
     voix pure de notre Soi Supérieur via l’intuition pure et de le discerner de la voix de notre
     personnalité conditionnée par notre état physique, émotionnel et mental. Suivre la voix intérieure de notre réalité supérieure est la seule façon pour nous exprimer de manière authentique et libre, au-delà de toute restriction. L’authenticité est la base de notre vérité intérieure et la seule protection envers un monde de façade, fait de VIPs ou de personnalités plus importantes et supérieures aux autres, des stars et des héros gonflés et idolâtrés, poussés pour être des faux modèles pour notre comportement.
   1/2. La maîtrise du destin : apprendre à créer des coïncidences heureuses est devenir maître de son destin au-delà du hasard et de la fatalité grâce au travail de la conscience et de la science  de synthèse qui ouvre le centre coronal (chakra bouddha) et met en fonction d’illumination  le chakra de synthèse alta mineur du centre de la tête.
     La libération de notre centre coronal et le fonctionnement plus globale de notre centre de la tête sont indispensables pour la justesse de notre discernement. Ce n’est que quand tous les parties du cerveau commencent à fonctionner au-delà de la dualité qui divise,  sépare et choisit un champ pour ou contre que notre discernement puisse voir le contexte globale et valoriser les choses dans leur juste relation de service qu’il rende à l’ensemble. Dans ce contexte les notions de bien et de mal perdent leur sens moral restrictif selon les règles établies par la conscience limitée des êtres humains. Ces notions deviendront plus claires à travers le sens du service qu’elles rendent à la perfection d’une vision plus holistique ou globale de la vie.
2. l’union du plan : l’union inclut un travail d’extériorisation du plan divin. Le plan divin est un plan d’union comme réalisation d’amour. L’amour est interactif et a besoin de s’extérioriser, d’être vivant pour être réel. Cette interactivité appelle à une double responsabilité complémentaire:
2/1. La responsabilité individuelle : l’interactivité qui permet l’union de l’ensemble suppose la responsabilité ou l’apport actif et permanent de chaque élément. Ce n’est ps seulement l’application du principe de l’égalité du service que chaque manifestation rend à l’univers mais c’est aussi la seule garantie de l’abondance. Tout sert à tout et l’abondance existe seulement grâce à l’interactivité collective. Elle ne put pas se créer tout seul.  Aussi il n’y a personne ou rien plus important que l’autre. Il y a seulement une différence de niveau de qualité vibratoire qui dépend de la conscience réalisée et qui demande à être partagé. Elle permet seulement de donner une autorité de guidance aux autres mais qui ne justifie aucune forme de domination arbitraire.
En concret cela veut dire que nous devons apprendre à valoriser nos actes dans l’ensemble de la vie qui nous entoure pour en voir leurs effets bénéfiques, plus ou moins paisibles et équitables.
2/2. La responsabilité collective : le principe de la liberté de l’interactivité entre les individus évoque une convivience qui garantit l’union de tous dans un ensemble. La convivience fait appel à une responsabilité commune qui incarne le respect commun, la participation commune et l’effet commun des actions générées dans l’ensemble.
   En concret cela veut dire que nous sommes intéressés et impliqués dans tous les aspects de la vie qui nous entourent et qui demandent notre participation active pour leur harmonisation. C’est là que commence notre  participation extérieure dans l’ensemble ou la démocratie participative.
3. la beauté du plan : le plan a comme objectif de rendre les relations entre causes et effets plus beau ou transparentes et justes. La transparence et la justice sont les deux qualités de la beauté du plan.
   3/1 la loi de la transparence: la transparence du plan est la preuve que l’univers contient une intelligence en action qui permet de voir de l’autre côté de la manifestation. Cette transparence permet donc de comprendre au-delà des relations entre causes et effets manifestés. L’équilibre entre eux est la beauté de la transparence du plan. La transparence de leurs relations rend le plan scientifique et accessible à la science.
     Rendre le plan transparent est ce à quoi nous sommes tous  appelés à coopérer activement. Nous pouvons le rendre transparent quand nous faisons des choix conscients, authentiques et justes suivant la voix intérieure de notre Etre Supérieur. Faire des choix justes sera toujours inspiré  par l'intention de faciliter nos interactivités ou relations avec nous-mêmes, notre environnement et l'autre en les déconditionnant. C'est-à-dire que nous facilitons la convivience. Tout devient plus transparent, naturel et authentique comme nous-mêmes. La transparence de l'être humain est ce qui il l'approche de sa divinité. Plus que nous exprimons de cette façon la beauté du plan, plus que nous nous réalisons sa beauté
3/2 la loi de la justice : la justice est le juste retour des choses et forme l’aspect complémentaire de sa transparence. La beauté du plan divin est aussi sa justice. Le plan est juste parce que sa transparence rend possible à l’intelligence active incarnée dans l’être humain de comprendre les relations qui pourraient exister entre causes et effets de la manifestation. 
La justice du plan fait donc appel à être conscient des relations justes. Etre conscient est réaliser la libération de la fatalité  du destin, de l’imprévisible du hasard ou du karma fatal. Etre conscient permet de nous libérer de la justice aveugle ou automatique qui s’applique au niveau de l’inconscience humaine. Cette libération est possible grâce à la compassion et le pardon.
C’est accepter la confrontation avec ce qui se passe en le reconnaissant comme l’effet des actions de chacun dans l’ensemble et dont la responsabilité commence avec soi-même. Toute erreur ou toute faute commence dans l’inconscience de soi qui permet que l’autre ne reçoit pas équitablement ce qu’il revient. Le pardon commence donc avec soi-même en le montrant dans la compassion. La compassion est permettre l’interactivité avec l’autre. En venant à la hauteur de l’autre, nous pouvons compartir (partager) ce dont chacun a besoin pour réaliser la justice du plan divin et le rendre plus transparent.

4. la perfection du plan : la perfection du plan implique que chaque évènement ou action a une influence sur l’harmonie de l’ensemble. Rien ne peut se passer sans avoir un effet sur l’ensemble. C’est comme dans notre corps. Tout ce que nous faisons ou ce que nous ne faisons pas a un effet. L’univers est comme nous  un ensemble « un et indivisible ». Les choses peuvent se transformer, se différencier et se superposer à plusieurs niveaux mais tout reste lié. La transformation d’une chose ou d’un niveau peut être comme une destruction ou une perte, mais dans l’univers, comme en nous, rien ne se perd, tout se transforme selon la loi de la perfection.
     La loi de la perfection est dans tout ce qui est créé et tout ce qui se crée. C’est la tendance universelle à évoluer vers des relations optimales avec l’ensemble pour être la meilleure chose ou le meilleur état dans sa catégorie spécifique de l’ensemble. Ce n’est pas une façade, c’est une réalité profonde. Sur le plan humain concret on peut traduire la perfection du plan comme le service que chacun et chaque chose rend au plus grand bien de l’ensemble. Plus concrètement, on peut la traduire à travers nos idéaux et spécialement à travers l’idéal de notre santé physique, émotionnelle, mentale et spirituelle. Notre santé est le reflet des relations avec nous-mêmes, l’entourage et les autres.
     Ces relations sont particulièrement manipulées dans notre monde actuel. Il semble que nous sommes drogués et que nous vivons comme dans un coma collectif dont sa masse inconsciente pèse sur nous comme une force aveugle qui nous conduit inévitablement dans un système d’esclavage mental de menaces et de peurs de perdre tout si nous changeons. Il essaye de tous les moyens de nous paralyser à fin de ne pas voir les idéaux vrais et authentiques de la loi de la perfection en nous. Nous vivons dans un système artificiel qui empêche de libérer la transparence et la justice dans nos relations et qui a peur de l’éveil d’une masse critique consciente. La perfection du plan est justement la réalisation inévitable de cette masse critique. Pourtant, elle est inhérente à la force créative de l’univers. L’histoire a montré que jamais personne n’a réussi à la dévier en la contrôlant. La raison est que tout contrôle qui la limite provoque une rupture avec l’énergie de la source. Quand une manifestation n’est plus alimentée par l’énergie du plan divin, qui est rempli de l’énergie de la source, elle entre en crise pour mourir par transformation. Elle provoque d’avantage le retour aux sources et l’éveil du sens de la perfection ou de l’éveil de la masse critique. C’est ce qui se passe actuellement dans le monde.
     Le malheur des crises est un signe d’espoir pour un monde meilleur. La transformation du monde actuel signifie la réalisation du plan divin et s’ajuste à la descente de l’esprit du Christ Cosmique. Le malheur des crises n’est pas une fatalité, ni  nécessaire, mais l’effet des résistances d’une minorité qui maintient l’imposture des choix de ses prétentions salvatrices erronés  à une masse inconsciente. Le décalage avec le plan est seulement devenu tel que cette situation ne peut que s’effondrer pour laisser la place à un monde nouveau. Par contre, la manifestation plus ouvertement d’une masse critique peut diminuer les aspects catastrophiques et les effets néfastes de cette crise pour la transformer positivement vers un nouveau paradis.

jeudi 17 novembre 2011

La fin des dédoublements

La fin du cycle solaire actuel nous fait comprendre comment notre vie était sous la loi de la séparation et de division. Grâce à cela nous avons appris à faire la distinction des choses en les analysant. Mais nous avons aussi perdu la vue de l’ensemble, ce qui nous a conduit vers un système qui s’harmonise principalement à travers les conflits et dont l’ordre est basé sur la domination.  Ce que nous vivons a donc toujours tendance d’être confronté avec l’opposé. Nous avons donc fait l’expérience de fixer le dédoublement de la réalité en la réduisant à trois éléments : espace-temps-force :
1. Nous avons dédoublé l’élément espace en séparant les formes de leurs relations énergétiques. Nous acceptons seulement ce que nous entendons, voyons ou sentons. Notre réalité s’est réduite aux monde des phénomènes manifestés et perceptibles. Le reste appartient à un monde de croyances, extérieur, non vérifiable.  
2. Nous vivons dans un temps linéaire à cause de notre vision du dédoublement du temps en passé, présent et futur. L’aspect passionnel de nos perceptions nous fait former un concept de la réalité par lequel nous perdons constamment le sens du présent. Nous projetons l’idéal de nos visions toujours vers en avant (le front-ajna), comme si on pouvait avancer le futur. De cette façon le présent est toujours bloqué comme une idéalisation du futur. Ou bien nous restons accrochés en arrière (arrière-tête) dans la mémoire du passé, comme si on pouvait faire revivre les expériences du passé. De cette façon nous bloquons notre évolution comme si le présent serait immobile et limité.
3. Nous structurons notre vie en divisant nos forces vitales (divide et impera). L’analyse mentale de nos perceptions nous fait former un concept de la réalité qui met tout en casiers selon la loi du plus fort. C’est cela qui nous a conduit à un concept exclusif de l’union de la par les forces dominantes. Nous vivons donc constamment dans la « lutte contre » pour pouvoir nous maintenir. Ne pas lutter est ressenti comme une faiblesse et une proie facile pour les plus forts.
Nous nous sommes donc égarés dans la tridimensionnalité en perdant de vue la dimension de l’harmonie de l’ensemble. Nous avons ignorés cette quatrième dimension qui est indispensable pour que les pôles opposés puissent se manifester. L’harmonie de l’union ou la paix est devenue un rêve qui se trouve seulement derrière les conflits.
La réintroduction de la quatrième dimension de l’accord, de l’harmonie ou du sens.  La crise actuelle montre l’effondrement d’un système qui n’est plus relié avec ses sources mais qui s’est perdu en se figeant dans des éléments qui perdent leurs sens ou leur valeur par exagération et manque de cohérence dans l’ensemble. Notre civilisation est devenue comme des branches d’un arbre dont le tronc sèche à cause des racines qui meurent. En même temps il y une prise de conscience de combien nous avons soif et faim de « mieux savoir », de « paix  durable» et d’ « union solidaire ».
Mais grâce à la science notre compréhension de la réalité s’étend et se rectifie.  L’éveil de notre conscience pour ce qui est « essentiel » pousse à redécouvrir nos sources de vie (racines) ou les « valeurs humaines »  et à réunir les éléments des pôles opposés entre le  monde manifesté et non manifesté. L’esprit et la matière se rencontrent à nouveau dans un espace élargi au-delà du visible, dans un temps qui devient un présent infini à travers des cycles de forces interactives qui se superposent en toute harmonie.
La crise de l’autorité et de la survie du monde établi sont les signaux pour libérer l’esprit d’union oubliée. Les problèmes éveillent le besoin de solidarité et d’élaboration d’une  conscience collective qui ne sera bientôt plus incompatible avec l’esprit de la conscience individuel. Nous commençons à découvrir que c’est seulement une question d’échelle ou de niveau et d’horizon ou de vision holistique autour d’un centre d’union absolu dans lequel confluent tous les éléments pour alimenter l’ensemble. Nous commençons à reconnaître ce centre d’union comme notre cœur, un vide-plein d’énergie libre (sang) qui forme l’essence de la vie. Cette énergie, avec son potentiel omniprésent, omnipotent et omni-intelligent nourrit tout l’arbre de la vie, tous ses éléments sur tous les niveaux. Grâce à elle tout fait partie de l’ensemble et est solidaire en service pour le plus grand bien de tout.
L’intensification de cette énergie est une réalité scientifique vu le fait que notre système solaire passe par une zone plus lumineuse connue sous le nom de Nébuleuse d’Or. Mais c’est aussi une source de nouvelles informations qui éclairent la fin du cycle actuel des dédoublements de nos expériences humaines. Nous entrons dans une réalité plus vraie, plus heureuse et plus parfaite. Nous commençons à apprendre à flotter dans ce nouveau courant sans nous fixer sur les bords de ce chemin de vie, dans une présence d’esprit qui va de plus en plus au-delà des limites qu’on puisse s’imaginer, et en faisant juste l’effort d’aller là où la voix de l’univers nous appelle.
Nous avons essayé de représenter ci-dessous ce nouvel univers qui est comme une sphère multidimensionnelle où les polarités se suivent par coïncidences et se superposent pour transcender finalement dans un centre qui unit le tout en libérant en continu la force d’interactivité qui agit dans tous les éléments de l’ensemble.

mardi 15 novembre 2011

La méditation de la voie céleste

Dans les pages web de Pangeosis nous avons expliqué la liaison entre le cœur et l’âme comme la voie céleste ou l’antaskarana qui connecte notre personnalité avec la nature divine de notre âme, le principe créateur-moteur originel de notre Etre supérieur. Cette connexion est une des clés pour enlever tout enfermement  et  toute séparation qui existent en nous. Elles s’expriment par l’incohérence que nous ressentons entre notre cœur et notre tête ou encore entre être et paraître. C’est comme une deuxième voix qui parle en nous : une voix authentique, originale et profonde et l’autre automatique, justifiante et dirigeante. C’est la domination de cette deuxième voix qui nous sépare de notre vrai être et qui empêche l’éveil spirituel et l’illumination dans notre nature divine.
La vraie illumination se fait dès qu’on peut voir la perfection ou la vérité, la beauté, l’amour et la sagesse infinis à travers les limites des manifestations. Ce n’est souvent pas plus qu’un instant heureux, quelques moments, mais elle peut aussi remplir des périodes de plus ou moins de félicité, jusqu’à devenir un état plus constant, profond et illimité. Bouddha y arrivait par force de concentration méditative, maintenue durant des années jusqu’au moment que toute les limites de la manifestation, qui occupaient son esprit, tombaient. Il entrait alors dans la réalité de l’infini.
Pourtant, ces limites ou barrières d’union peuvent aussi tomber quand nous sommes disposés de voir et de comprendre que toute manifestation qui nous impose ses limites et toute expérience de nos conditionnements sont des indications du chemin vers une réalité d’amour qui unit tout. C’est une attitude positive qui va au-delà de tout jugement (dans le sens d’exclusion ou condamnation).  C’est réajuster « consciemment » nos limites et obscurités en valorisant l’amour imparfait manifesté ou ressenti dans la réalité infini d’un amour inconditionné. C’est un travail qui demande de couper avec nos automatismes et de prendre le juste recul pour voir plus clair et de permettre une transformation positive, continu et consciente qui s’exprime à travers nos actes, pensées et paroles.
Nous pouvons soutenir et intensifier cette transformation à l’aide d’exercices méditatifs. Nous décrivons la méditation ci-après comme un exemple indicatif. L’illumination est finalement la réalisation de la libération de l’énergie d’amour vers la conscience de soi-même. C’est l’état dans lequel nous nous réalisons ce que c’est l’amour véridique vers lequel notre voix intérieur nous appelle constamment. C’est une transformation de l’énergie, qui nous pousse, en lumière tachyonique (plus vite que la lumière), devenue conscience de soi-même.
L’illumination a comme effet que notre approche du monde, du temps et des forces en nous et autour de nous s’ouvrent progressivement vers l’infini. Elle permet ainsi de voir de plus en plus leurs autres dimensions, moins limitées, jusqu’à la dimension multidimensionnelle de l’union totale. Elle est celle de l’accord parfait qui résonne en tout comme des hologrammes de l’harmonie universelle de la création. Finalement, l’obscurité et les aspects sombres de la vie, sont des expressions d’amour, soit que limitées.
Notre espace de vie devient alors un vide plein d’énergie libre d’amour. Nous entrons dans le présent et la présence infini d’une intelligence d’amour supérieur. Elle libère progressivement la mémoire du passé et est capable de voir le potentiel du futur. Nous avons alors accès aux forces qui vont au-delà de la lumière et de l’obscurité de la manifestation physique. Cette intelligence nous fait entrer dans la lumière multidimensionnelle (nirvana) qui nous donne accès au potentiel créatif de la sagesse universelle. C’est un état de qualité vibratoire qui va au-delà des espaces ou niveaux superposés de la création manifestée, au-delà des cycles répétitifs de la vie et de la mort et au-delà des divisions de leurs forces. C’est l’état divin de notre résurrection sans fin qui est perfection, béatitude, plénitude et union.
Le processus de l’illumination suit dans notre corps un chemin spécifique qui correspond au niveau de notre conscience et à l’évolution du corps humain en général. La conscience des êtres humains n’est généralement pas alignée avec le plan physique. Elle ne suit donc pas le chemin le plus court entre l’être supérieur de notre esprit et son incarnation dans notre corps. La cause est que notre conscience sépare généralement le monde matériel du monde spirituel et que notre chakra de la tête (6°) ne fonctionne pas encore complètement. Il projette l’énergie de notre conscience principalement vers en avant, vers le front ou le fixe dans l’arrière-tête, dans la mémoire du passé. La conséquence est que ce chakra vibre rarement dans son centre de présent infini. Le sens du présent nous échappe continuellement par nos fixations ou résistances et ce n’est que de temps en temps qu’il s’allume quand nous arrive soudainement une clarté d’esprit ou un moment inattendu et fort.
Le centre de la tête (ou alta mineur) devrait être le centre de l’union du temple de notre corps qui unit les 7 énergies de notre corps (le menorah intérieur - devant le trône de notre âme). C’est ce centre de synthèse qui matérialise l’énergie réale (dans le sens réel et royal ou tournant) de notre âme dans notre corps via le centre coronal. Le centre coronal forme le trône de fusion et de diffusion des énergies du centre invisible de notre âme au-dessus de notre tête (le centre alta majeur)  reliées à notre corps Il fonctionne comme un diaphragme énergétique de la lumière tachyonique et monadique de notre âme. Il s’ouvre au fur et à mesure de notre conscience.
Le chemin d’union est donc vrillé, entre autres à cause des résistances de notre forme physique, émotionnelle et mentale. Il entre dans notre cerveau au niveau du sinciput, bien que ce serait plus logique plus vers le milieu (au niveau de la fontanelle antérieure ou bregmatique/entre sutures coronaux, frontale et sagittale). Son énergie se manifeste ensuite à travers un triangle, conforme à la loi de base de la manifestation de l’énergie dans les formes. Il détermine le processus de notre illumination vers le centre de synthèse ou d’union de notre tête, indiqué ci-dessus. Ce triangle est un reflet du triangle plus subtil au niveau du centre alta majeur de notre âme. Il connecte le centre coronal (plus ou moins ouvert) avec le cœur et le centre de la gorge. Ce triangle est le reflet de l’aspect trinitaire de toute énergie :
1. L’aspect involutif : c’est l’énergie de notre origine (alpha) qui relie le centre de l’âme au-dessus de notre tête via le centre coronal directement avec le cœur pour lui donner vie. Le cœur qui se trouve dans le thorax (ou torah-x=livre du croisement des pôles opposés, qui reçoit, comme un réceptacle vivant, l’instruction de la vie). Il est incliné vers la gauche étant donné que cette énergie involutive est dominante. Elle active d’avantage la partie gauche, analytique de notre cerveau que la partie droite, intuitive à cause des résistances et conditionnement gardés dans la mémoire de notre corps.
2. L’aspect révolutif : le cœur réoriente l’énergie reçue vers le centre d’expression de la gorge, vers le haut, pour exprimer son intégration dans le corps (à l’aide de la respiration) dans nos actes, paroles et pensées. L’énergie reçue se transforme en forces d’harmonisation qui réagissent sur les énergies déjà intégrées dans notre corps selon notre passé et notre conscience. C’est la raison que nous pouvons appeler ce centre aussi le centre causal ou karmique.
3. L’aspect évolutif : la gorge oriente l’énergie intégrée à la fois vers l’expression et à la fois vers l’élévation de notre conscience via notre centre coronal jusqu’au niveau du centre alta majeur au-dessus de notre tête, à fin que notre être supérieur réalise sa nature divine (omega).
4. L’aspect harmonie : les énergies involutives, révolutives et évolutives s’unissent au centre alta mineur de notre tête. Chaque expérience que la nouvelle énergie nous permet de vivre, a une influence sur l’union ou l’harmonie des forces, présentes dans notre corps. Ce centre de synthèse se consolide et se perfectionne progressivement avec nos expériences pour devenir de plus en plus constant et de plus en plus actif pour rayonner finalement l’énergie réale (réelle et royale) de l’illumination. C’est pour cela que nous l’appelons aussi le centre bouddhique (ou Bouddha). Le processus de l’illumination va ensemble avec l’ouverture de plus en plus consciente du chemin céleste et l’ouverture progressive du diaphragme du centre coronal. Il y a alors une liaison plus directe avec l’esprit de l’être supérieur et divin auquel notre âme donne accès. En même temps que les énergies involutives et révolutives/évolutives s’équilibrent, l’activité de la partie droite, intuitive, de notre cerveau s’intensifie. L’équilibre entre intuition et analyse va former une approche plus directe et plus globale de la réalité : celui de la vision de synthèse.
La capacité de voir directement les choses dans leur ensemble nous permet de vivre dans les accords de l’harmonie de la quatrième dimension. C’est la dimension de l’accomplissement de la nature humaine. Dès que le centre alta mineur commence à fonctionner, les tensions entre notre cœur et notre tête diminuent jusqu’au moment que la vieille dualité et rivalité entre eux disparaissent. La raison de notre cœur devient aussi la raison que notre conscience comprend puisqu’ils concordent ensemble avec l’esprit de notre être supérieur. C’est à ce moment que nous sommes conscients d’accomplir la volonté du plan supérieur ou le plan de Dieu.
Le centre de notre tête (6° chakra) forme finalement notre centre de maîtrise et de réajustement entre notre cœur et notre tête. Quand les énergies involutives et révolutives/évolutives dans notre corps s’harmonisent, il commence à fonctionner comme centre de synthèse qui permet à notre  notre conscience de se réaliser que nous sommes amour infini incarné. De ce fait l’incarnation de notre nature divine devient plus réelle et présente par la descente de notre âme jusque dans notre cœur. Nous avons tous la force de l’amour gravés dans notre âme. L’amour est le propre de l’énergie de notre cœur mais il demande être libéré de nos limites en le réajustant consciemment par l’énergie unifiant du centre de notre tête. Au fur et à mesure que ce centre s’ouvre, l’intuition se renforce et devient plus pure, les pouvoirs extrasensoriels se développent parallèlement au pouvoir de contemplation et de synthèse. La vie devient une méditation active, une expérience continue d’harmonisation avec soi-même, l’entourage, l’autre et le divin qui unit tout.
5.  L’aspect compassion et pardon : l’union de la vision de synthèse a pour effet de nous ouvrir aussi pour la conscience et la compréhension du dynamisme créatif de la réalité qui va au-delà de toute dualité et séparation mais qui tend toujours vers la perfection de l’union de l’ensemble. Nous pouvons définir ce dynamisme d’union créative comme ce qui est le propre de la cinquième dimension. Elle implique l’union divine avec notre âme et son énergie pure des talents. C’est notre génie ou la substance de l’incréé avec son potentiel de créer par amour. Plus que nous sommes illuminées plus que nous désirons manifester ce potentiel pour le bien de tous. Ces expériences, de plus en plus créatives, nous font entrer dans la réalité d’une conscience qui est omniprésente. Nous devenons conscients que nous y participons comme des éléments, co-créateurs de coïncidences heureuses au lieu de subir les fatalités ou le hasard, propres à une vie inconsciente. C’est par cette attitude créative que nous pouvons entrer progressivement dans le monde des dimensions qui ne sont pas encore directement visibles actuellement.
L’entrée dans la cinquième dimension est aussi une compréhension plus profonde du sens de la vie et des expériences humaines dans leur processus d’élévation. C’est à cette prise de conscience qu’est lié le centre créatif qui se situe à la partie haute du sternum (qui signifie qui rayonne), et qui s’appelle le manubrium (poignée qui rayonne et sur laquelle articulent les clavicules, les clés de l’expression). Dans le dos ce centre se situe entre les omoplates (les deux triangles de l’expression). Il se trouve bien au-dessus du centre du cœur au milieu du sternum à la hauteur du thymus. Ce centre est généralement dormant chez nous. Pourtant, il vient en activité du moment que nous commençons à nous exprimer de façon plus créative, en parlant, en chantant ou en manipulant des énergies via nos bras et mains. Ce centre semble former dans le futur la contrepartie du centre de la conscience de synthèse dans notre tête. Il semble appelé à devenir le centre de transformation,  d’expression et de transition des énergies de notre élévation. En effet, c’est le centre (thymus = immunité, etomos = vrai ) de vérité qui nous permet de nous mettre dans la relation (ou hauteur) libre et  juste avec l’autre. Cela permet la communication sans perdre notre potentiel. Venir à la juste hauteur de l’autre est aussi le vrai sens de la compassion et du pardon qu’elle suppose (pardon = rendre la liberté).
L’ouverture de ce centre peut provoquer un point de douleur entre les omoplates et être la cause de quintes de taux inexplicables. Son blocage pourrait être cause d’infections pulmonaires. Nous pouvons appeler ce centre créatif : le centre de la compassion et du pardon, le centre de la vérité (de nos relations) ou encore le centre boddhisattva (l’être éveillé qui suit le chemin de la compassion de Bouddha). Ce centre est une expression de l’énergie d’amour du cœur mais sur un plan plus conscient et créatif à cause de l’éveil de la conscience du centre de synthèse dans la tête.
Le processus de l’illumination transforme progressivement nos conditionnements et résistances et peut provoquer des tensions plus ou moins importantes à différents niveaux. Généralement, ces phénomènes sont passagers et pas graves. Pourtant, ils peuvent se révéler très sérieux quand des blocages ne sont pas reconnus ou que l’aspiration spirituelle est forcée. Nous citons à titre indicatif : au niveau de la tête : migraines, maux de tête, tensions, pertes d’équilibre, problèmes buccales et dentaires, problèmes des yeux et/ou des oreilles, problèmes nasales ; au niveau de la gorge : irritations, aphonie… ; au niveau du thorax : problèmes respiratoires (changement de rythme, asthme…) , tachycardie (déplacement du cœur, changement du rythme) ; au encore : problèmes de digestion (pression sur l’estomac) , picotements dans les membres, tensions cervicales…et bien d’autres. Ces problèmes sont des signes que nos résistances et/ou déséquilibres avec notre intérieur et/ou extérieur sont plus ou moins importants dans ce processus de transformation.

La méditation de la voie céleste a été développée à travers des expériences personnelles et collectives. Elle montre qu’elle facilite l’éveil de l’état de conscience de synthèse du fait qu’elle n’harmonise pas seulement les deux parties droite et gauche du cerveau, mais qu’elle implique aussi  tous le corps, toutes les parties du cerveau et les états d’âme de notre être supérieurs.
Selon la science notre état d’être connaît plusieurs ondes hertziennes qui vont des états d’inconscience vers des états de superconscience. Tous ces états sont interconnectés et se chevauchent plus ou moins. Il y a 5 niveaux reconnus :
  1. Le niveau des ondes delta : de 0,5 à 4 Hz, les ondes les plus bas qui correspondent à notre état de subconscience. C’est à ce niveau que se passe nos conditionnements inconscients sous l’impulses des informations physiques, émotionnels et logiques de notre mental. A ce niveau il y a aussi les programmations de notre âme qui sont les résultats des expériences des vies antérieures. Quand nos réponses aux impulses de la vie échappent à notre conscience, notre cerveau programme, comme défense et de façon inconsciente, des réactions dans notre corps physique, émotionnel et mental. L’ensemble de ces réactions forment nos conditionnements qui nous poussent à des comportements automatiques qui ont tendance à se renforcer et à échapper à notre contrôle si nous ne les travaillons pas consciemment. 
  2. Le niveau des ondes thêta : de 4 à 7 Hz, les ondes des sentiments et de la mémoire. Elles permettent d’entrer dans une relaxation profonde et d’être un avec tout, ce qui peut se passer pendant des méditations profondes, d’entrer dans le subconscient mais aussi de se connecter avec les ondes subtiles du divin. C’est un état d’éveil entre le conscient et l’inconscient qui s’approche aussi du sommeil et qui correspond à l’état de mémorisation d’information. C’est probablement pour cela que les grands chocs que nous subissons ne sont pas mémorisés.
  3. Le niveau des ondes alpha : de 8 à 13 Hz, les ondes de l’éveil calme et de la relaxation légère ou du rêve lucide. Elles permettent dès de cette état de projeter des créations de toute sorte vers des niveaux énergétiques plus subtiles de notre être (musique, souhaits, concepts…). C’est le niveau intermédiaire et central de notre cerveau qui permet de faire les liaisons et les connexions. C’est un état crucial dans tout processus d’union et de fusion.
  4. Le niveau des ondes bêta : de 14 Hz et plus, les ondes de notre activité intelligente normale. Il semble être aussi l’état de nos programmations conscientes et inconscientes. 
  5.  Le niveau des ondes gamma : au-dessus de 30 ou 35 Hz, les ondes de grande activité cérébrale, incluant une grande convergence vers la synthèse, c’est-à-dire de la connexion avec notre être subtil supérieur. Elles nous connectent avec nos pouvoirs extrasensitifs ou hypersensoriels (visions, clairaudience, télépathie, …) et les différents états d’être.
La méditation de la voie céleste est basée sur un cheminement progressif à travers ces différents niveaux d’ondes en entrant dans un état de relaxation et de paix de plus en plus profonde, de plus en plus libre et lumineuse et de plus en plus remplis de béatitude et de plénitude qui sont des signes d’entrer dans des états de réalisation de conscience d’amour.
   Le processus :
  1. Le début : Cherchons une ambiance sans bruits déroutants (musique douce), ni lumière ou chaleur excessifs qui permet d’entrer facilement dans la détente de la paix intérieure. Comme pour toute méditation, il soit important d’être dans une position facile, par préférence le dos droit, éventuellement adossé.Commencez avec quelques respirations, les yeux fermés pour venir au rythme naturel du calme intérieur.
  2.  La confrontation avec notre obscurité (niveau delta) : Nous commençons à écouter, voir et sentir intérieurement l’obscurité, les blocages et tout ce qui nous dérange ou limite dans notre corps en partant du bas vers le haut.
  3. La mise en lumière de nos conditionnements (niveau thêta) : Nous gardons tous ces informations en simple présence de notre esprit, éventuellement en rappelant quelque fois à notre mémoire les causes des blocages.
  4. Le maintien de l’état de relaxation profond (niveau alpha) :Toujours en gardant ces informations en simple présence de notre esprit, nous gardons une détente profonde en formulant le désir de nous libérer de tous ces conditionnements.
  5. La connexion avec l’ensemble de la tête (niveau bêta) :Nous connectons nos conditionnements et tensions avec toutes les parties de notre tête, laissant le temps de se connecter avec celles qui auraient pu les programmer.
  6. La connexion avec le centre au-dessus de la tête (niveau gamma) :Nous élevons, sans forcer, notre conscience avec tous ces éléments mis en présence d’esprit,  vers le centre au-dessus de notre tête et laissons les unir avec son potentiel.
  7. L’interaction entre tous les niveaux :Nous « laissons consciemment » interagir le potentiel du centre de notre âme avec notre tête et puis avec tout notre corps en acceptant de ressentir l’harmonisation qui pénètre progressivement de plus en plus profondément jusque dans l’obscurité de notre inconscience qui se reprogramme en recevant l’énergie lumineuse d’amour de notre âme via notre tête et notre cœur.
Quand la lumière de la force réale de notre âme peut pénétrer dans nos ténèbres, la porte du mal se ferme (Grande Invocation). Il s’agit d’un travail spirituel d’un réalisme initiatique absolu.
Nous pouvons travailler ciblé sur un ou autre conditionnement ou défaut, mais c’est capital de rien « vouloir  fixer" sinon nous renforçons l’état de séparation de notre corps avec le potentiel de notre esprit. Le travail d’harmonisation, de fusion et de reprogrammation ne pourra pas se faire dans ce cas à cause du fait que le centre de notre tête ‘(6° chakra) va projeter toute énergie vers le futur via le front (ajna) et ne pas permettre que le diaphragme coronal s’ouvre d’avantage pour une relation plus intense avec le centre de notre âme au-dessus de la tête.

Le chemin céleste devrait devenir un état d’être profond, normal et continu par laquelle nous valorisons toutes nos informations et expressions comme un service conscient au plus grand bien de l’ensemble. Cela suppose une connexion permanente avec l’énergie lumineuse de notre âme, en laissant couler son énergie créative d’amour librement dans notre corps, comme le fait notre sang à l’aide de notre cœur.  Cette attitude nous apporte la libération des causes de nos conditionnements dans le passé. Elle nous apporte la vie immortelle par  la libération de la mémoire des vies antérieures au-delà de la mort physique. Enfin, il nous apporte la libération de notre potentiel créatif, de nos dons spirituels et de la compréhension des signes qui nous entourent. 
Nous sommes sensibles à tous les remarques et suggestions à fin d’améliorer ce sujet.

lundi 14 novembre 2011

Les béatitudes des porteurs d'eau

1. Heureux ceux qui vivent en partageant l'espace et des biens. Leur sera fourni tout ce dont ils ont besoin parce qu'ils réalisent l'esprit de l'égalité dans le groupe qui travaille pour que l'abondance soit une réalité pour tous.
Ils seront appelés: justes.
2. Heureux ceux qui sont prêts à coopérer dans le respect de l'autre en lui permettant sa propre liberté. Rien ne les dominera puisque l’action libre dans l’esprit de groupe fait surmonter toutes les conditions et toutes les situations qui peuvent causer une perte de la dignité humaine.
Ils seront appelés: serviteurs du monde.
3.
Heureux ceux qui sont capables de donner de la valeur à leurs pensées, paroles et actions dans le cadre et pour l'harmonie de l'ensemble. Ils demeureront en paix, car ils renforcent l'esprit d'unité et de fraternité des groupes qui sont au-dessus de tous les reproches et de toutes  les séparations.
Ils seront appelés: pacificateurs.
4.
Heureux ceux qui vivent comme des médiateurs stimulant l'équilibre entre l'écoute et le conseil, entre l'action et la patience. Ils garantissent l'esprit de solidarité de l'ensemble parce qu'ils facilitent la communication entre tous.
Ils seront appelés: hommes avec le cœur d’ange.
5. Heureux ceux qui s’expriment d'une manière authentique. Leur vision va tous encourager à s'ouvrir à l'esprit de vérité qui est au-dessus toutes les apparences et toutes les restrictions sur de l’ensemble.
Ils seront appelés: messagers divins.
6.
Heureux ceux qui peuvent distinguer l'unité dans la diversité. Ils seront les nouveaux guides dans le monde parce qu'ils initient dans l'esprit de synthèse, qui est le fondement de relations justes dans l'ensemble, ses groupes et ses membres.
Ils seront appelés: sauveurs du monde.
7.
Heureux ceux qui créent de nouvelles solutions dans chaque situation pour célébrer la vie. Ils sanctifient toutes les qualités des fils des hommes avec leur esprit de sagesse, d'amour inconditionnel et d'intelligence pratique. Ce sont eux qui diffusent la force réale (réelle et royale), le dynamisme de l'ensemble et des groupes, car ils ne peuvent pas fonctionner sans elle.
Ils seront appelés: prêtres du Très Haut.
8.
Heureux les fils de l'homme qui réunissait toutes ces qualités dans leur cœur, leur esprit et leur âme. La force de leur esprit de Bouddha attirera les coïncidences heureuses pour l'éveil de la conscience divine dans leurs frères et sœurs humains. Ils seront reconnus comme des êtres divins.
Ils seront appelés des Christs vivants.

mercredi 9 novembre 2011

Le retour du Christ cosmique partie 3: le nouvel enseignement

Partie 3 : Le programme de l’enseignement du Christ-Bouddha

Le nouvel enseignement du Christ est destiné à tous les êtres de la planète, sans distinction de race, de religion ou de niveau de conscience. C’est la continuation de la révélation de la vie selon l’évolution de la réalisation de la conscience. Il prépara l’apparition de la nouvelle race bleue ou indigo. Il correspond à la formation définitive du sixième chakra, le chakra de l’intuition et de l’esprit qui élimine la peur, la domination, le pouvoir et la domination qui empêchent des relations justes, d’interactivité harmonieuse.  Cette race de l’amour, de l’union, de la fraternité universelle et de la science de synthèse sera une race qui unit les caractéristiques des races précédentes mais de façon plus en plus équilibrée.
Nous savons déjà que le but de l’Esprit du Christ-Bouddha est de faciliter l’apparition de cette nou-velle race par une élévation universelle de la conscience, en approchant chacun, s’il l’accepte, plus près de sa nature divine, en éveillant le Christ-Bouddha intérieur. Il placera en même temps l’être humain dès de son entourage planétaire dans le contexte cosmique de la vie.
Nous avons déjà annoncé que l’enseignement du Christ doit être situé dans le contexte du travail de synthèse, de l’élaboration de la science et de la conscience de synthèse. L’essence de ce travail es de situer chaque élément selon sa relation juste dans l’ensemble. Il situera au niveau scientifique chaque science spécifique comme un élément de la grande réalité scientifique que représente l’univers. Ce travail permet de faire le rapprochement des éléments de la réalité directement dans leur contexte global en développant une conscience appropriée de synthèse.
Pour donner a ce travail de synthèse une référence universelle pour tous les êtres humains, la création d’un centre mondial de synthèse est prévu dans le cœur énergétique de la terre. Il sera connecté avec un réseau de centres pareils à travers le monde. Le centre fonctionnera comme un noyau d’énergie libre pour la vie planétaire (centre de synthèse) en permanence connecté avec la source (comme prévu dans le livre de l’Apocalypse).  Ce centre sera situé dans un lieu de paix qui exprimera la force royale (réelle) du Christ. Dans ce lieu les énergies de la terre sont directement connectées avec les énergies du ciel et la hiérarchie des maîtres spirituels. Dans son entourage se créera, au fur et à mesure du progrès du travail de synthèse, la cité-modèle de la paix et de la fraternité universelle : Christopolis (la nouvelle Jérusalem, reflet du Jérusalem céleste).
L’enseignement du Christ-Bouddha peut se résumer sous ces grands thèmes:

1. L’Aspect volonté ou pouvoir: La responsabilité politique de chacun et spécialement des per-sonnes politiques pour leur rôle de guide, d’éducateur et de médiateur, la nouvelle démocratie participative, le rôle de la vision d’harmonisation dans la législation et la collaboration intergouvernementale ; 
Los personnes politiques ont besoin d’apprendre à dépasser leurs visions et aspirations per-sonnelles, renforcées par un système particratique dualiste qui a perdu la confiance de la base en se coupant de sa vie. Ils ont en première instance besoin d’écouter l’autre pour découvrir la convergence de son potentiel directif à fin de pouvoir le guider vers la convergence.
A la base, les gens doivent apprendre que la démocratie ne peut pas fonctionner correctement sans leur participation communicative qui peut se réaliser à l’aide de forums. Il existe une responsabilité collective qui est n’est pas encore bien reconnue et accepté dans la société.
Le but de la loi n’est pas de servir comme répression d’abus mais pour éduquer et guider. Son but est de créer des ambiances suffisamment flexibles pour permettre que les gens se responsabilisent et qu’ils s’expriment de façon adaptée à travers des interactivités qui invitent à la justice. La loi est par nature générale et devient injuste, inflexible et répressif si elle vise des cas trop précis. C’est seulement dans des cas de protection absolument nécessaire pour la survie de la société qu’elle peut entrer dans les détails.
Chaque nation doit se concevoir comme un élément indispensable de service dans l’ensemble des nations de la planète. Dans ce sens ils doivent apporter le partage du potentiel de leurs ri-chesses, leur sens de convivience, et la coopération solidaire de façon adaptée à fin que tout le monde ait accès aux ressources de l’abondance.  Chacun est responsable pour l’harmonie dont la paix durable dépend.
 
2. L’aspect amour ou interactivité social : l’éducation mondiale de la masse vers une interactivité solidaire et respectueuse est la base de la fraternité universelle et sa réalité de convivience libre. Toute éducation visera des relations justes envers soi-même, l’entourage et l’autre. Le paramè-tre de la justice est la valeur du service rendu à l’harmonie de l’ensemble. S’harmoniser avec l’ensemble, harmonisation dans l’ensemble et harmonie de l’ensemble seront des thèmes de première importance. Toute éducation sera sans succès sans la compréhension et l’application de compassion et du pardon, sans lesquels on tombe inévitablement dans un système de forcenés et superficiels. Ces deux principe forment le dynamisme de base de l’harmonisation.
L’éducation est la base de la tolérance et de la cohésion sociale. Des raisons économiques ne peuvent pas peser en première instance dans l’orientation de l’éducation, ni la productivité, ni l’esprit de concurrence. L’éducation doit s’orienter vers le potentiel créatif de chacun et son  habilité propre à répondre et à s’adapter aux nécessités de la vie. Les techniques du travail de synthèse seront basiques pour le nouvel enseignement qui sera plus orientée vers l’éveil de la conscience à travers l’initiation collective (syntonie synchronie, synergie, synopsis, symbiose, science de synthèse, sinagogíe ou célébrations créatives;

3. L’aspect justice ou intelligence active en concret: la justice suppose une économie équitable, c.à.d. stable et solidaire dans laquelle tous participent par:
-    la répartition juste du travail et ses techniques;
-    la production  selon une évolution spécifique (croissance et décroissance) en fonction des né-cessités et possibilités réelles et de la relation entre ressources et produits
-    la compensation pour toute activité humaine selon qu’elles réalisent des valeurs humaines ;
-    l’accès de chacun au profit de l’abondance collective.
Une bonne économie est la base la libération et de la évolution de l’intelligence humaine. Elle procure la satisfaction aux besoins réels au niveau individuel et collectif selon le contexte don-né. Elle transforme les artifices des envies, qui stimulent des aspirations individuelles hors me-sure, en un potentiel au service de l’abondance de l’ensemble, accessible à tous, au lieu de créer des inégalités et des injustices qui sont cause de déséquilibres, de conflits et de violence. 

4. L’Aspect harmonie ou perfection de la vie: c’est le dynamisme d’une résurrection continue de la vie qui solutionne en permanence et avant tout les situations critiques de première nécessité.
La vie royale (réelle) est un mouvement infini de rénovations successives pour se maintenir. Sa stabilité et sa survie dépendent de ce mouvement dynamique pour rester être connectée avec sa source. Se fixer dans le passé, ou dans le futur, est se couper de sa force originale et entrer dans son mécanisme de désintégration et de destruction. Rien ne pousse sans racines. Chaque crise ou maladie est un signal de la tension créée avec ce dynamisme, soit on va trop vite, soit on ne va pas assez vite. Elles sont la preuve que la vie ne suit pas le courant vital et que sa force est déviée dans des blocages avec le risque de se perdre.
La résurrection de la vie s’applique en première instance et très concrètement dans le corps humain à travers le sixième chakra de synthèse et de l’illumination. Il commence à fonctionner dès que l’ego de la personnalité s’aligne avec l’âme de l’être supérieur. Unissant le cœur avec la tête, la vie se relie avec tous ses niveaux dans un présent infini en éveillant la mémoire au-delà de la mort physique. Cette résurrection signifie la réactivation du thymus avec son potentiel de régénération et rajeunissement. Il en suit que la mort ne soit pas plus une fatalité mais une élection concordante au plan divin.

5. L’aspect scientifique ou la beauté de la vie: C'est l'enseignement sur l'énergie cosmique. La loi des coïncidences et de la réincarnation sont des conséquences de la loi de la relation entre causes et effets provoqués dans la vie dans un contexte spécifique ou familial. Sans conscience ces lois s’appliquent comme des fatalités. Les familles spirituelles forment le cadre spécifique comme un champ d’un potentiel d’expériences spécifiques (selon des rayons ou aspects de lumière) dans lequel elles se déroulent dans la direction de l’éveil de un ou autre type de conscience. Cette évolution est contenue entre deux tendances extrêmes entre lesquelles on rencontre au milieu la beauté de l’accord de l’harmonie parfait avec le champ de lumière spécifique. Le sens es la perfection de la beauté des relations entre esprit et matière et le grandir à travers la réalisation de leur union à différents niveaux et dans différentes perspectives. L’harmonie parfaite entre les deux est un accord de transcendance total et divine. C’est un chemin sans fin qui a sa source dans le potentiel infini de l’univers. Comme les saisons nous suivons des cycles des hauts et des bas, de séparations et d’unions. Au moyen de nos incarnations nous faisons des expériences successives et des leçons tantôt plus spécifiques et tantôt plus holistiques ou globales de synthèse pour réaliser notre union dans la Grande Vie unique de l’Esprit Divin, dont nous sommes les expériences. Dans cette succession cyclique avec ses différents aspects (rayons de lumière intelligente) se trouve la raison du retour cyclique de l’apparition des avatars ou des entités divines comme le Christ-Bouddha. Ils permettent que le sens de nos expériences humaines entre dans la réalisation du contexte global de l’univers et ceci à tous les niveaux appropriés. Chaque réalisation d’harmonie incarnée permet de nous libérer progressivement des fatalités du mécanisme aveugle, automatique et sélectif de l’inconscience individuelle et collective. Il se remplace par le mécanisme croissant de la conscience individuelle et collective qui crée toujours plus de coïncidences opportunes et adaptées pour réaliser cette libération.
Il faut noter que la loi de la réincarnation est à la fois individuelle et collective. Dans ce sens chaque incarnation est unique et pourtant en même une continuation, basée sur les leçons des expériences collectives. C’est la difficulté de discerner le cep des sarments. Le sens plus profond fera l’objet de l’enseignement plus étendu de ce sujet. Il verra la lumière au moment propice.

6. L’aspect de l'idéal: évaluer nos expressions comme valeur qui vaut pour tous est le rêve gravée dans l'âme de chacun. Cela doit être présent dans notre esprit de manière active ou alerte. Pour cela il est important de stimuler l’éveil d’une masse critique qui sert comme levure pour l’application et l’intégration de nouveaux paradigmes au-delà des intérêts personnels.
C’est à travers nos désirs que nous apprenons à nous rendre compte des valeurs universelles qui valent au-dessus des valeurs colorées par nos intérêts ou nécessités personnels. La clé de l'apprentissage de cette manière d'évaluer est la projection de nos idées, actes et mots dans le contexte de l'harmonie de l'ensemble, pour autant qu’ils soient compris les meilleurs expressions du moment pour servir au plus grand bien de de tous. C'est la seule manière pour dissiper les mirages du monde matérialiste actuel avec ses idéaux, non seulement fausses, mais en même temps, irréalistes dans la perspective de réaliser le bien pour tous. Cet irréalisme nous maintient dans l’inconscience qui nous donne peur et qui nous fait souffrir. C’est à cause du manque d’une valorisation juste.
 
7. L’aspect union: L’union des différents aspects (politiques, sociaux, économiques, professionnels-artistiques, scientifiques, philosophiques et spirituels-religieux) est la magie de la vie. C’est la célébration de la vie globale comme expression créative de l’Esprit Christique du royaume humain de Dieu, vivant sur la terre. Cette union fraternelle est une union de conscience, vivante, créative, concrète et réaliste, au-dessus du dogmatisme et les rites des religions existantes. La finalité du retour du Christ n’est pas de les abolir, mais de les unir selon la signification et leur apport révélateur dans l’union interactive de tous les êtres humains qui croient dans la Réalité Divine de la Vie. C’est la base de la religion universelle qui naîtra de soi-même à partir de l’authenticité et de la vérité divine en chacun.
   
8. L’aspect conscience divine de l’âme: vivre avec la réalité des dimensions supérieures de l’Esprit Christique suppose une connexion intense avec la conscience de notre âme. Pour cela l’homme doit faire la liaison en vivifiant l’aspect Buda en soi pour devenir un porteur de lumière en prati-quant l’octuple chemin de la félicité : il unit l’énergie du cœur avec le potentiel de l’énergie de l’âme via l’intuition grâce à
1.    L’aspiration juste de la bonne volonté (par bonté)
2.    La valorisation juste de la bonne intention (en douceur)
3.    La parole juste de la bonne mentalité (retrait en paix)
4.    Le comportement juste par la bonne attitude (solidaire)
5.    La mode de vie juste par la bonne expression (authentique)
6.    L’effort juste par la bonne intensité (d’union de forces)
7.    La réflexion juste par la bonne vision (de sagesse spirituelle)
8.    L’extase ou la félicité juste par la bonne élévation (divine)

Observation : La descente du Christ cosmique intensifie l'effet des nouvelles énergies sur  terre et sur les atomes et le psychisme de l'être humain. Elle retire la vieille sensibilité pour intensifier leur lumière. Cette stimulation, mal contrôlée par inconscience ou manque d'at-tention, peut provoquer des effets d’aveuglement, d’exaltation imaginée ou des effets des-tructifs et insupportables comme dépressions, comportements anormaux, accompagnés ou non d’attitudes d'excès ou de violence.
La connexion plus intense de l’être humain avec la réalité christique-bouddhique de son Etre Supérieur peut spécialement provoquer des tensions importantes dans son corps physique, émotionnel et mental qui peuvent distorsionner la vision spirituelle de sa conscience. Ces tensions sont le résultat de vieux conditionnements qui vibrent à des niveaux avec une qua-lité vibratoire inférieure à la lumière irradiante de la réalité christique-bouddhique.

C'est spécialement un effet possible en cas de focalisation forcée de la descente du Christ. La descente du Christ-Bouddha peut être comparée à une guerre sainte de purification. Elle exerce une force sur tout ce qu’elle affecte. C'est la signification profonde du mot Yihad de l'Islam. Il fait sortir dans la lumière toutes les frustrations, distorsions et déséquilibres instal-lés, tant au niveau individuel qu'au niveau collectif. Ils libèrent les forces non reconnues. Pour les personnes qui ne reconnaissent pas cette force ou qui ne sont pas préparées, elle conduit vers extrémisme, violence et destruction totale. La nouvelle lumière demande une reconnaissance totale et une attitude de transformation positive face à toutes les manifesta-tions et aspects de la vie. La nouvelle loi est l'union en amour et en sagesse. Ce n’est pas une élévation, isolée des autres,  ni un privilège de distinction qui s’impose ou sépare des autres. La nouvelle loi demande une humilité humaine en service de soi-même comme à l'autre, plein de compassion et de pardon. C’est entrer dans un état constant de patience qui permet l'ouverture et la flexibilité psychique pour continuellement se rectifier dans la perspective d'une harmonie globale.
 
Nous comprenons maintenant pourquoi, jusqu'à présent, les focalisations connues de la descente du Chris-Bouddha au plan individuel se sont arrêtées (par exemple Krishnamurti) ou n'avaient pas l'effet mondial projeté. La raison est que cette focalisation demande de pouvoir entrer dans la conscience de synthèse qui inclut un grand équilibre entre l'expression spirituelle élevée et l'expression simplement humaine. L’éveil de cette conscience est la seule manière pour pouvoir supporter la focalisation sans provoquer l’effet dualiste du maître incarné avec la subordination inévitable de ses disciples. Le défi du retour du Christ-Bouddha est aussi de surmonter cette dualité qui a son origine dans les vieux paradigmes adaptés à l’inconscience de la masse des gens. La leçon de ces expériences aidera beaucoup à l’être humain dans sa réalisation de son ascension progressive, avec patience et harmonie, en évitant à se bruler ou de tomber, en s’imaginant qu’il peut sauter des pas.
Enfin, nous pouvons conclure que pour chaque évènement, il y a la place juste et l’énergie juste. Il est donc important que nous écoutons et suivons notre Ere Spirituel pour être sur l’endroit le mieux placé pour correspond à son appel.  Dans ce sens nous répondons au destin que le potentiel de notre âme a prévu.

L'Esprit de vérité

L'Esprit de vérité fait appel à la miséricorde qui implique la compassion et le pardon.

La miséricorde réunit toutes les qualités qui sont nécessaires pour l'ouverture de notre esprit et de notre conscience:

- l'humilité, au lieu du sentiment de supériorité ou de l'infériorité" permet de se mettre à la hauteur de l'autre et crée la communication nécessaire ou la syntonie pour que nos interactivités soient partagés dans les mêmes circonstances ;
- la patiente, au lieu de l'imposition autoritaire, permet l'adaptation de notre communication au rythme de l'autre et de l'ensemble et créent la synchronie dans la coopération;
- la bienveillance ou la valorisation de l'autre, au lieu du non-respect, permet de reconnaître à travers l'autre ce qui nous échappe et donc nous manque pour unir les forces de la synergie qui garantissent la paix;
- la magnanimité du cœur, au lieu de la rigidité mentale qui ne laisse pas de place aux expériences et instructions nécessaires pour pouvoir communiquer avec la vision des autres dans un processus de synopsis.
- la clémence et l'indulgence, au lieu du rejet qui est différent à soi-même, permet de pardonner à l'autre et faire appel à son authenticité pour qu'il entre dans la symbiose avec notre sphère de vivre et de penser;
- la générosité, au lieu de garder tout pour soi, permet d'aimer sans juger et de donner à l'autre dont il a besoin mais qu'il n'est pas capable d'acquérir de soi-même, c'est la concrétisation de con-science et de la science de synthèse;
- la créativité, au lieu de l'application conservative des règles strictes, permet de dépasser les blocages de la sagesse, enfaisant de la vie une
célébration qui exprime la possibilité d'unir et de réaliser le rêve du paradis, caché dans chacun de nous.


Chinus aquarius en fleur au jardin de Palmille

Chinus aquarius en fleur au jardin de Palmille
Pâques 2013 l'éclosion d'un esprit nouveau et d'une création nouvelle